L’INVITATION DU RECTEUR

Recteur et curé de la basilique Saint-Denys d’Argenteuil, le père Guy-Emmanuel Cariot invite largement les fidèles à venir vénérer la Sainte Tunique du Christ.

Photo du recteur CariotÀ quoi nous invite la Sainte Tunique du Christ ?
La Sainte Tunique nous met face à la Passion du Christ. Pour les chrétiens, le mystère pascal est bien une grande occasion de « jubiler ». La Sainte Tunique nous invite donc à approfondir le mystère de Dieu en plongeant au cœur du mystère de sa Miséricorde infinie.

Prenez-vous des dispositions particulières pour accueillir un large public français et étranger ?
Bien entendu. Nous espérons accueillir potentiellement 150 000 personnes à Argenteuil au cours des deux semaines de l’ostension. Nous avons donc constitué une équipe large, qui réunit plusieurs commissions pour la communication, la sécurité, la liturgie, l’accueil, etc. Rien que pour l’accueil, nous avons besoin de 200 bénévoles pour accueillir les fidèles pendant 17 jours, de 10h à 22h. La messe sera célébrée chaque jour, le plus souvent présidée par un évêque.

Tous les curés des diocèses d’Île-de-France et de ceux de diocèses voisins, Evreux et Beauvais, sont invités à venir avec leurs paroissiens. Les diocèses limitrophes sont incités à venir plutôt en semaine pour effectuer leur pèlerinage paroissial. Nous invitons aussi toutes les écoles catholiques d’Île-de-France, les aumôneries, ainsi que l’ensemble des mouvements chrétiens.

Pour les étrangers, nous avons prévu de communiquer en langue étrangère sur notre site, sur les réseaux sociaux, et par l’intermédiaire des ambassades. Nous sommes aussi en lien particulier avec les églises orthodoxes.

Le diocèse de Pontoise a l’honneur de détenir cette relique. Cela vous réjouit-il ?
Oui, grandement. Je passe devant la Sainte Tunique tous les jours. Elle me rappelle, comme dit Saint Paul, que « le Christ m’a aimé et s’est livré pour moi » (Ga 2, 20). Cette expérience est déjà un motif de grande joie et d’action de grâce.

Il n’y a pas de preuve absolue que la Sainte Tunique d’Argenteuil soit le vêtement de la Passion du Christ. Qu’en pensez-vous ?
Ce que l’on sait, c’est qu’il s’agit d’un habit de laine, coloré avec les techniques des premiers siècles, sans couture, taché de sang. Le groupe sanguin est le même que celui du linceul de Turin. Il a été aussi détecté des pollens venus de Palestine.

Certes, des divergences subsistent. Ainsi, la datation au carbone 14 effectuée en 2004 indique que le tissu aurait été tissé entre 530 et 640. Mais la Tunique, qui a suivi les méandres de l’histoire, s’est abîmée. Elle a ainsi été « polluée » plusieurs fois au cours des siècles, notamment lorsqu’elle a été enterrée pendant la Révolution. Selon des scientifiques nombreux, tout cela peut fausser la datation au carbone 14.

Le mystère reste donc entier, et tant mieux, car l’énigme scientifique ne doit pas nous faire oublier l’essentiel : dans son mystère de Miséricorde, Dieu veut tous nous rejoindre ! Alors bienvenue à tous entre le Vendredi Saint 25 mars et le dimanche 10 avril !

 

Source : Église en Val-d’Oise n°321 (janvier 2016) – Propos recueillis par William Hitchon – Edition révisée pour saintetunique.com

PartagezShare on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone